La fête des Rois à la Légion

Le major Ambrosino nous raconte ses « Rois » à la Légion. Ses quelques années de service (sourires), et donc son expérience, sa bonne humeur contagieuse et son humour de bon aloi le confortent dans cette aventure littéraire. En lisant le Major, le lecteur trouvera les ingrédients qui font la force d’une troupe rustique mais humaine : la sincérité dans les coups, la fraternité dans l’action, la solidarité à tout prix. En quelque sorte, une certaine idée de l’esprit de corps d’une troupe combattante.

Pourquoi fête-t-on les Rois à la Légion ?

« Mes premiers Rois datent de 1996 (le siècle avant) ; je suis sergent depuis Noël 95. Après le bal de la Saint-Sylvestre et la cérémonie des vœux du 1er janvier, je poursuis ma découverte d’un univers totalement nouveau pour moi. À cette époque, on respectait les dates. Aussi, les Rois, c’était le premier vendredi qui suivait les vœux, et le quartier-libre de l’après-midi n’était pas forcément suivi d’un samedi matin chômé (eh oui… à l’époque, on travaillait le samedi matin) ».

« À l’Épiphanie, la Légion tire les Rois le premier vendredi de janvier. Cette célébration aurait pour origine, comme le raconte le général Hallo dans Monsieur légionnaire, un renvoi d’invitation faite par les sous-officiers célibataires à leurs homologues lieutenants qui les conviaient dans leur popote le jour de l’an pour partager le repas du midi. Les lieutenants retournaient la politesse en invitant ces braves sous-officiers à partager la galette, et passer un bon moment de convivialité. Cette affaire se déroule au tout début du XXe siècle ».

 

Le saviez-vous ? L'Épiphanie est une fête qui célèbre la visite des rois mages au petit Jésus. Elle a lieu le 6 janvier. Dans les régions où l'Épiphanie n'est pas un jour férié, elle peut se fêter le deuxième dimanche après Noël (le premier dimanche qui suit le 1er janvier). Diverses coutumes sont observées à cette occasion. En France, en Suisse et en Belgique, depuis le Moyen Âge, une « galette des rois » contenant une fève, est partagée ce jour-là ; celui ou celle qui trouve la fève devient « roi » ou « reine ». Cette tradition est reprise à la Légion depuis le début du XXe siècle (voyez la vidéo qui accompagne cet article).

 

« Au cours de la première décennie du XXe siècle, le cercle des convives s’élargit mais l’on reste sur un simple partage de galette ou de brioche. Comme nous savons et aimons le faire à la Légion, cette habitude devient coutume, s'ancre dans la tradition et regroupe bientôt tous les officiers et les sous-officiers d’un même corps. Les formules vont, bien entendu, évoluer au cours des années en fonction des missions, des territoires et des hommes. Une certaine « codification » fait son apparition quelques temps avant la Seconde Guerre mondiale, mais l’exécution de « l’affaire » reste de tout façon dans la main de celui qui commande ».

 

Ci-dessus. Première fête des rois à Aubagne après le départ de Sidi Bel Abbès. La cour devant le château de la Demande.
Rois 1963, ph. © Archives de la Légion étrangère / centre de documentation et de recherches historiques de la Légion étrangère.

Le scénario prend forme.

« La journée débute par une rencontre sportive, en l’occurrence souvent du football, sport imposé de manière dictatoriale par les amateurs de ce jeu de balle d’origine anglaise. Sur ordre de notre chef de corps, ou à l’initiative discrète d’un sous-off ancien (un coup d’état, en quelque sorte), ladite rencontre se transforme en pugilat boueux que d’aucuns nomment rugby, un autre sport britannique. Qu’importe les qualités sportives des uns ou des autres, du moment que les coups sont rudes et que la foule des spectateurs envahit le terrain. Les sous-officiers étant plus forts, plus grands (et plus nombreux), la tradition veut que la victoire finale leur soit attribuée (les officiers ne sont pas forcément d'accord, mais c’est ainsi). Attention cependant aux tricheries (je rigole, mon Colonel !) : dans les années 2000, à force de démagogie, les officiers ont installé le président des caporaux-chefs dans le rôle d’arbitre, peut-être vulnérable à la corruption.

« Éborgnés, secoués, courbaturés, les sous-officiers victorieux et les officiers dépités courent cahin-caha au quartier car le temps est compté. Après une rapide douche, on se retrouve en belle tenue, avec gants blancs s’il vous plait, et gilet d’armes pour ceux qui y ont droit (eh oui, les jeunes) dans une salle soit très froide, soit hyper chauffée. Là aussi, c’est une tradition à la Légion, on ne maîtrise pas la température du moment qu’elle est extrême. Ah ! Souvenir qui passe des neiges éternelles de Narvik au soleil brûlant de Meknès… De toute façon, ce n’est pas grave, va venir le moment de se (re)déshabiller et de se déguiser pour beaucoup de monde ».

« On note aussi, avec les années, une augmentation fulgurante du nombre de « victimes » entrant dans ce que l’on nomme "la Cour". Oui, parce que nous formons une Cour des braves, bien sûr, autour d’un roi. Celui-ci est choisi au pur hasard, par on ne sait qui, mais toujours avec l’approbation du chef de corps. Mieux vaut l’injustice que le désordre »…

Le saviez-vous ? La tradition de partage en cette période hivernale avare en lumière existait déjà sous l’Antiquité. Pendant les Saturnales, la hiérarchie sociale était bousculée. Chaque légion romaine désignait son roi parmi les jeunes soldats (parfois un esclave), homme jeune et fort représentant le dieu Saturne, qui régnait la journée durant. Plus de maîtres, plus de serviteurs, plus d’esclaves, plus de travail, chacun revêtait comme il lui plaisait les vêtements des autres, buvait et mangeait son saoul. Quand le soleil se couchait, le roi (ou son simulacre) était sacrifié au dieu Saturne pour lui apporter sa force et sa jeunesse, un peu comme aujourd’hui on brûle le bonhomme Carnaval.

 

Le roi boit…

« Le roi est un sous-officier ancien et plutôt apprécié, c’est un peu le « gars de l’année » ou celui qui ne devrait pas tarder à prendre une retraite méritée. On le prévient un peu avant le tirage de la galette, tirage donc truqué ! Par qui ? Les officiers, bien sûr, qui ont glissé la fève dans la poche de l’heureux élu… Après avoir revêtu son déguisement, le roi est présenté à l’ensemble de l’assistance et devient souverain du jour. On lui adjoint une Cour dans laquelle on trouve au moins une épouse (la reine), un bébé (le dauphin, ces deux personnages étant joués par de jeunes lieutenants), et un chambellan (le chef de corps chargé entre autres d’essayer de contrôler le roi dont les décisions prennent souvent la forme du lait sur le feu) »…

« Quelques personnes rejoignent ensuite cette petite famille, revêtant les costumes selon le thème choisi par le Colonel et mis en chantier par les lieutenants ! Ça peut être « Les chanteurs de années 80 », « La préhistoire », « Les guerres à travers l’histoire », « Les personnages de science-fiction »… Bref, un fil conducteur permet à tout ce petit monde de se retrouver grimé autour du héros du jour. Cette Cour est présentée au fur et à mesure à celui que l’on nomme le peuple, c’est-à-dire aux officiers et sous-officiers « non sélectionnés » qui commentent cette injustice à grand renfort de cris.

Le saviez-vous ? La tradition de l’exutoire est importante dans une troupe opérationnelle où l’autorité du chef et la discipline constituent un socle incontestable en opérations et a fortiori au combat. La tradition des sketchs des militaires du rang à Noël, sortes de scénettes parfois improvisées, souvent longuement répétées, au cours desquelles les chefs sont gentiment raillés par leurs hommes, tient de la même veine. De même, en popote, le jeune sous-officier ou le jeune officier peut aussi « titiller » les petits travers des anciens, qui seront les siens demain. Tout tient dans la pédagogie de l’éducation par l’exemple, du moment que le pot final revienne à « ce cochon de popotier » (le plus jeune).

 

… le peuple trinque !

« Voilà enfin que la cour descend de façon fort protocolaire et chaotique à l’ordinaire ». Rois 2013 à Aubagne, ph. © CAV / Légion étrangère.

« Pas très grave de ne pas être retenu dans la Cour, le peuple est là pour quémander des doléances mais surtout pour se rincer le gosier toutes les trois minutes avec un fond de Puyloubier blanc bien rustique. Quand le roi boit, le peuple trinque, c’est bien connu. Le roi lit alors le discours concocté par les lieutenants et brillamment censuré par les autorités en place qui viennent de subir un putsch de première division. Tout ça pour vous dire qu’il peut aussi arriver qu’un roi se permette d’aménager les vers imposés. L’attention toute relative de la Cour et du peuple permet ainsi de deviner l’attachement (ou non) du roi à certains de ses courtisans ou sujets, et vice-versa ! L’exercice a tendance à se rapprocher parfois des sketches de Noël, dont le principe est le même mais sans le barnum d’une Cour. Quoique les cours existent aussi les 364 autres jours de l’année… »

« À la fin de la représentation, le peuple est appelé à déposer ses doléances auprès du roi, qui, après avis de son chambellan (le colonel qui décide tout en sous-main), avalise ou non les demandes. Ça va du « Que le roi danse avec la reine ! » à « Qu’Albator embrasse Goldorak ! » en passant par « Un quartier libre pour le bas peuple ! », j’en passe et des bien meilleures. Car voilà enfin que la cour descend de façon fort protocolaire et chaotique à l’ordinaire (la cantine des militaires du rang) pour goûter la « soupe » (une autre tradition à la Légion). Notre bon roi accorde alors à la « populace » une après-midi de repos tout à fait imméritée ».

Le saviez-vous ? Le fameux « Puyloubier », le vin de la Légion, est cultivé par les Anciens au domaine du capitaine Danjou, au pied de la Montagne Sainte-Victoire chère à Cézanne. Tous les amis de la Légion peuvent se procurer ce vin généreux et solidaire (les bénéfices abondent le budget consacré à l’action sociale de la Légion) dont les versions varient de la prestigieuse cuvée « Esprit de Corps » au Puyloubier classique, blanc, rosé ou rouge, que chacun dégustera avec modération. Contact : www.legion-boutique.com

 

« Après cette faiblesse, les cadres se retrouvent au mess des officiers pour un repas ponctué par les chants du répertoire de la Légion étrangère (« C’est une chose d’importance, la discipline à la Légion… »). L’exercice permet de pratiquer une belle activité de cohésion qui vient clôturer une période de relatif calme autour des fêtes de Noël et de fin d’année, qui annonce le retour des opérations. Quoi qu’il en soit, ces moments de franche convivialité et de camaraderie sincère font du bien, et participent activement à une autre trésor de la Légion : l’esprit de corps ».

 

Major Frédéric AMBROSINO,
Centre de documentation et de recherches historiques de la Légion étrangère.

| Ref : 705 | Date : 02-01-2021 | 3268