LE

Le serment français

Retour
| 27 Octobre 2021 | 2495 vues

Mi-octobre 2021, la Légion célébrait les 100 ans de sa devise Honneur & Fidélité. Pour la première fois au cours d'une prise d'armes, un carré de légionnaires d'honneur prenait place parmi les troupes. Face à lui...

J’assiste à Aubagne a une cérémonie militaire. Jusque-là, rien de bien extraordinaire. Mon nom traîne encore dans les listes du secrétariat de l’état-major et j’ai été invité au quartier Vienot. J’accours, quelle chance, quel honneur. Le thème de cette cérémonie, Honneur & Fidélité, claque dans le vent comme les onze emblèmes des régiments de Légion venus célébrer l’évènement. La Légion étrangère rend hommage à toutes celles et ceux qui portent le titre de légionnaire honoraire. C’est une chose, l’honorariat, "une marque de l’estime de la Légion envers celles et ceux qui, bien que ne servant pas dans ses rangs, participent, parfois au péril de leur vie, à ses succès ou ses victoires", qu’elles soient civiles ou militaires.

Le carré des Honorés, écharpe vert et rouge en bandoulière, avance sur la Voie Sacrée pour rejoindre son emplacement. J’y devine des anciens, mais aussi des plus jeunes ; des femmes, des hommes ; des civils, d’anciens militaires ; des avocats, des médecins... des marquis, des roussins ; un officier monégasque, la maire d’un village voisin ; un ou deux journalistes célèbres, un aumônier qui ne l’est pas moins. La belle cohorte de nos Mères et de nos Pères unis par ce baptême, l’amour de la Patrie, avance d’un pas désorganisé, un peu maladroit, encadrée de légionnaires en uniforme clinquant. Elles sont belles, ces gueules cassées, souvent burinées, parfois maquillées, toujours souriantes, qui passent devant nous. "Rien n’est plus contagieux que l’exemple ; et nous ne faisons jamais de grands biens qui n’en produisent de semblables". Votre citation tombe fort à propos, M. de La Rochefoucauld.

Ce cadeau inestimable

Quand le vieux Régiment étranger s’est arrêté sur la place d’armes, nous avons distingué, spectateurs éblouis, un carré d’engagés volontaires. Leurs têtes vierges de gloire attendaient de coiffer le képi durement acquis, et l’exemple de leurs anciens, alignés en face d’eux, se drapait sur leurs épaules comme l’illustre emblème tricolore. Devant la Nation tout entière — ses élus, ses dignitaires, ses généraux, et nous, représentant son peuple — vingt soldats français ont, d’une voix rocailleuse mais jamais hésitante, promis de servir avec honneur et fidélité. Ce n’était pas pour une communauté, pas pour une entreprise, ni encore moins pour un quelconque régime politique que ces jeunes hommes juraient leur foi, c’était pour la France. Où avais-je déjà entendu prononcer un tel engagement dans une telle solennité ? Nulle part, aussi loin que ma mémoire m’emportait, si ce n’est dans l’obscurité feutrée d’un cinéma de quartier, devant un film de chevaliers.

Mais là, ce matin au quartier Vienot, tout est réel. Oubliées, les longues heures de train, les pénibles heures d’attente, les fourmis dans les jambes et les notifications qui secouent nos portables. Nous sommes d’un bloc tout ouïe, tout cœur, tout âme à eux. Nous ne nous appartenons plus, transcendés par la vague qui nous soulève : nous sommes d’entre eux. Un gaillard s’avance et s’écrie : « Légionnaire ! » « Tu es un volontaire servant la France avec honneur et fidélité », répondent en écho ses camarades restés en arrière. Tu es bien davantage encore, légionnaire. Tu es le dépositaire du serment français. Chaque légionnaire est ton frère… le courage et la loyauté sont tes vertus… tu agis sans passion… tu respectes… tu n’abandonnes jamais… C’était le 16 octobre 2021, un peu avant midi. En écoutant ces étrangers au service de mon pays, je me suis surpris non plus à rêver d’un monde meilleur, mais à l’imaginer, parce qu’à nouveau je croyais qu’il était possible. Merci, légionnaires, pour ce cadeau inestimable.

LCL ® Bruno Carpentier, DRP/media.